Retour à la page d'accueil d'InforReer.com


 

   Plan d'actions      Publicités  
 

Il vous faut un plan d'actions pour au moins établir un REÉR minimum.

1. Établissez des objectifs globaux.

C'est difficile de respecter un plan d'action lorsque l'on ne sait pas pourquoi on suit ce plan.

En comparaison, combien de temps avez-vous réfléchi ou planifié vos vacances la dernière fois ? N'avez-vous jamais consacré au moins l'équivalent à planifier votre retraite ?

Avez-vous déjà imaginez votre retraite en terme financier ?

En plus de vous aider à figurer vos besoins sur le plan quantitatif, cette réflexion vous donnera des raisons:  passer un mois dans le sud chaque année, visiter la côte Ouest, visiter ses enfants à Vancouver, etc.

2. Calculez le revenu dont vous aurez besoin.

Cette question est différente. Quel est votre minimum ? Ce que vous qualifiez de minimum. Prenez cette question au sérieux, imaginez si vous n'avez même pas de plan pour le minimum. Consultez Combien aurais-je besoin?

La bonne nouvelle est que vos besoins en revenu brut seront inférieurs à ceux d'aujourd'hui.

Vous n'aurez plus à cotiser à l'assurance Emploi  et le RRQ (Régime des Rentes du Québec).

Vous ne serez plus sollicité pour votre régime de retraite d'employeur, vos assurances collectives, vos cotisations syndicales ou professionnelles.

Vous aurez des dépenses en moins: transport, stationnement, habillement, repas reliés au travail.

Votre hypothèque sera probablement acquittée.

Vos enfants ne seront peut-être plus sous votre charge pour leurs déboursés, leurs frais d'étude, etc.

3. Calculez le revenu que vous aimeriez avoir.

Cette question est plus stimulante.

Soyez réaliste et un peu rêveur. Réfléchissez bien. Le niveau de vie que vous imaginez peut-être différent de celui d'aujourd'hui. Surtout si vous avec encore beaucoup de temps devant vous pour accumuler des actifs.

4. Déterminez le besoin en capital pour obtenir le revenu que vous envisagez.

Si vous jugez nécessaire de le faire de façon précise, il est fortement recommandé de le faire avec l'aide d'un conseiller financier.

Les outils de calculs comme ceux que l'on retrouve sur l'Internet risquent de vous induire en erreur de façon importante. Ce n'est pas parce que la réponse que ces outils vous donnent est  à une cent près qu'elle est valable:   ce sont souvent les hypothèses que vous utilisez qui le sont moins.

Si vous devez prendre d'importantes décisions concernant presque la moitié de votre vie, consultez au moins une fois, votre banquier, comptable, conseiller financier.

Même les actuaires se perdent souvent en conjectures lorsqu'ils estiment la vie financière de leurs assurés sur des périodes de 20, 25 et 30 ans. Ils profitent du fait qu'ils répartissent le risque sur des milliers d'assurés. Ce n'est pas votre cas.

5. Établissez votre plan personnel

Vous suivez un plan général

Si vous avez établi vos besoins de façon approximative à ce moment-ci, consultez apprivoiser votre problème pour vous inspirer. Développez quelques scénarios.

Lorsque vous choisirez le scénario spécifique que vous suivrez, il est recommandé de le documenter. C'est pour deux raisons.

Un, à l'occasion vous recevrez des suggestions ou des questions de votre entourage. C'est utile de pouvoir retourner à ses notes et revoir pourquoi vous avez fait un choix plutôt qu'un autre. Vous pourrez alors écarter la suggestion ou l'intégrer à votre plan.

Deux, avec le temps votre situation va changer. Les hypothèses que vous avez utilisées seront peut-être moins valables. En relisant vos notes vous saurez alors qu'il vous faut revoir vos objectifs et vos plans.

Sinon, vous pourriez demeurez sous l'impression que ça va et laissez passer plusieurs années avant de corriger le tir. Ce sera alors plus douloureux.

Vous suivez les recommandations de votre conseiller financier

C'est généralement plus spécifique comme actions et aussi plus exigeant.

Prévoyez revoir vos objectifs, vos résultats et vos actions à intervalles réguliers ou lorsque votre situation change de façon importante.

6. L'exécution

Vous n'avez pas de problèmes

Félicitations.

Révisez quand même de temps en temps vos objectifs et vos hypothèses. Si l'exécution va bien il est plus facile de faire des ajustements ici et là et d'éviter des dérapages.

Vous avez des difficultés

Si vous n'arrivez pas à respecter le plan n'en soyez pas trop étonné. Un plan est généralement conçu avec des hypothèses qui ne se concrétisent pas toujours. Il faut voir le plan comme un guide que l'on doit ajuster en tenant compte de  l'expérience et modifier régulièrement les hypothèses pour qu'elles soient plus près de la réalité.

Identifiez les raisons

des imprévus, vous n'avez pas encore réussi à développer l'habitude d'épargner, vous avez surestimé vos disponibilités d'argent, etc.

Peut-être que votre plan est  trop agressif, de trop grande envergure sur le plan des objectifs. C'est très possible si c'était la première fois que vous en prépariez un.

Acceptez aussi l'idée que vous devrez peut-être viser un objectif moins grand. Ce qui ne veut pas dire que vous ne pourrez pas rehausser la barre un peu plus loin dans le temps lorsque votre situation pourra être meilleure. Consultez apprivoiser le problème.

Acceptez de faire des ajustements et des concessions, peut-être ne seront-elles que temporaires.

Éviter de "vous mettre la tête dans le sable". Parlez-en à votre entourage, votre conseiller.

 

   

   

   

 
      1998 - 2012 © InfoReer.com